POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum

POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 VOUS ETES ICI L'HOTE DE LYON ET DE POETIQUEMENT VOTRE 
Bienvenue à la confluence des esprits poétiques
Tu peux comme il te plaît

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum -> POEMATA : LES GRANDS THEMES DE LA POESIE -> Le bonheur et le malheur d'aimer
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gil Def
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2007
Messages: 1 224
Localisation: Nord de la France
Masculin

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 18:46 (2017)    Sujet du message: Tu peux comme il te plaît Répondre en citant





            Tu peux comme il te plaît
            Auteur : Victor Hugo
            Récitant : Michel Bouquet





            Tu peux, comme il te plaît, me faire jeune ou vieux.
            Comme le soleil fait serein ou pluvieux
            L'azur dont il est l'âme et que sa clarté dore,
            Tu peux m'emplir de brume ou m'inonder d'aurore.
            Du haut de ta splendeur, si pure qu'en ses plis,
            Tu sembles une femme enfermée en un lys,
            Et qu'à d'autres moments, l'oeil qu'éblouit ton âme
            Croit voir, en te voyant, un lys dans une femme.
            Si tu m'as souri, Dieu! tout mon être bondit!
            Si, Madame, au milieu de tous, vous m'avez dit,
            A haute voix: « Bonjour, Monsieur », et bas: « Je t'aime! »
            Si tu m'as caressé de ton regard suprême,
            Je vis! je suis léger, je suis fier, je suis grand;
            Ta prunelle m'éclaire en me transfigurant;
            J'ai le reflet charmant des yeux dont tu m'accueilles;
            Comme on sent dans un bois des ailes sous les feuilles,
            On sent de la gaîté sous chacun de mes mots;
            Je cours, je vais, je ris; plus d'ennuis, plus de maux;
            Et je chante, et voilà sur mon front la jeunesse!
            Mais que ton coeur injuste, un jour, me méconnaisse;
            Qu'il me faille porter en moi, jusqu'à demain,
            L'énigme de ta main retirée à ma main;
            - Qu'ai-je fait? qu'avait-elle? Elle avait quelque chose.
            Pourquoi, dans la rumeur du salon où l'on cause,
            Personne n'entendant, me disait-elle vous? -
            Si je ne sais quel froid dans ton regard si doux
            A passé comme passe au ciel une nuée,
            Je sens mon âme en moi toute diminuée;
            Je m'en vais, courbé, las, sombre comme un aïeul;
            Il semble que sur moi, secouant son linceul,
            Se soit soudain penché le noir vieillard Décembre;
            Comme un loup dans son trou, je rentre dans ma chambre;
            Le chagrin - âge et deuil, hélas! ont le même air, -
            Assombrit chaque trait de mon visage amer,
            Et m'y creuse une ride avec sa main pesante.
            Joyeux, j'ai vingt-cinq ans; triste, j'en ai soixante.


            - Les Contemplations -

_________________
POEMATA : POESIE DE GIL DEF COUPS DE COEUR POETIQUES
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 4 Avr - 18:46 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum -> POEMATA : LES GRANDS THEMES DE LA POESIE -> Le bonheur et le malheur d'aimer Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com