POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum

POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 VOUS ETES ICI L'HOTE DE LYON ET DE POETIQUEMENT VOTRE 
Bienvenue à la confluence des esprits poétiques
La fileuse

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum -> POEMATA : LES GRANDS THEMES DE LA POESIE -> Le labeur des hommes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gil Def
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2007
Messages: 1 224
Localisation: Nord de la France
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 17:21 (2017)    Sujet du message: La fileuse Répondre en citant

.




            La fileuse
            Auteur : Paul Valéry
            Récitant : Jean Marchat




            Assise, la fileuse au bleu de la croisée
            Où le jardin mélodieux se dodeline ;
            Le rouet ancien qui ronfle l’a grisée.
            Lasse, ayant bu l’azur, de filer la câline
            Chevelure, à ses doigts si faibles évasive,
            Elle songe, et sa tête petite s’incline.
            Un arbuste et l’air pur font une source vive
            Qui, suspendue au jour, délicieuse arrose
            De ses pertes de fleurs le jardin de l’oisive.
            Une tige, où le vent vagabond se repose,
            Courbe le salut vain de sa grâce étoilée,
            Dédiant magnifique, au vieux rouet, sa rose.
            Mais la dormeuse file une laine isolée ;
            Mystérieusement l’ombre frêle se tresse
            Au fil de ses doigts longs et qui dorment, filée.
            Le songe se dévide avec une paresse
            Angélique, et sans cesse, au doux fuseau crédule,
            La chevelure ondule au gré de la caresse...
            Derrière tant de fleurs, l’azur se dissimule,
            Fileuse de feuillage et de lumière ceinte :
            Tout le ciel vert se meurt. Le dernier arbre brûle.
            Ta sœur, la grande rose où sourit une sainte,
            Parfume ton front vague au vent de son haleine
            Innocente, et tu crois languir... Tu es éteinte
            Au bleu de la croisée où tu filais la laine.

_________________
POEMATA : POESIE DE GIL DEF COUPS DE COEUR POETIQUES
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Avr - 17:21 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum -> POEMATA : LES GRANDS THEMES DE LA POESIE -> Le labeur des hommes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com