POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum

POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 VOUS ETES ICI L'HOTE DE LYON ET DE POETIQUEMENT VOTRE 
Bienvenue à la confluence des esprits poétiques
J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum -> POEMATA : LES GRANDS THEMES DE LA POESIE -> Les choses de la vie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gil Def
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2007
Messages: 1 224
Localisation: Nord de la France
Masculin

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 16:29 (2017)    Sujet du message: J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans Répondre en citant






            J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans
            Auteur : Charles Baudelaire
            Récitant : Alexandre Rignault




            J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans.
            Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans,
            De vers, de billets doux, de procès, de romances,
            Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances,
            Cache moins de secrets que mon triste cerveau.
            C’est une pyramide, un immense caveau,
            Qui contient plus de morts que la fosse commune.
            — Je suis un cimetière abhorré de la lune,

            Où comme des remords se traînent de longs vers
            Qui s’acharnent toujours sur mes morts les plus chers.
            Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
            Où gît tout un fouillis de modes surannées,
            Où les pastels plaintifs et les pâles Boucher
            Hument le vieux parfum d’un flacon débouché.

            Rien n’égale en longueur les boiteuses journées,
            Quand sous les lourds flocons des neigeuses années
            L’ennui, fruit de la morne incuriosité,
            Prend les proportions de l’immortalité.
            — Désormais tu n’es plus, ô matière vivante,
            Qu’un granit entouré d’une vague épouvante,
            Assoupi dans le fond d’un Saharah brumeux,
            — Un vieux sphinx ignoré du monde insoucieux,
            Oublié sur la carte, et dont l’humeur farouche
            Ne chante qu’aux rayons du soleil qui se couche.


            - Les Fleurs du mal -

_________________
POEMATA : POESIE DE GIL DEF COUPS DE COEUR POETIQUES
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 3 Avr - 16:29 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    POETIQUEMENT VOTRE - POEMATA LYON Index du Forum -> POEMATA : LES GRANDS THEMES DE LA POESIE -> Les choses de la vie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com